lundi, 07 mai 2018 23:48

Adaptation aux changements climatiques en Guinée-Bissau et au Sénégal axée aux effets de la variabilité pluviométrique sur la santé et la sécurité alimentaire des populations rurales

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La réussite et la bonne gestion d’un projet ou programme conditionne son utilité pour les bénéficiaires.

Ainsi la garantie est non seulement de mettre en place une approche de mise en oeuvre qui deviendrait un bien commun au service des populations, mais aussi synonyme de relations sociales fortifiées et de développement territorial homogène.

Cela par la mise en place d’une logique d’intervention et de gestion efficiente, fédératrice de l’ensemble des partenaires et acteurs du projet ou programme, inclusive à toutes les couches et composantes de la population et à toutes les catégories sociales professionnelles intervenantes.

C’est fort de bons nombres d’années d’expériences, depuis 1994 sa date decréation, qu’enda eau-populaire, a su capitaliser sa méthodologie d’intervention. La Technique d’Animation Participée (TAP) réunit la communication, la recherche et l’action à l’intérieur d’un cadre intégré et met en partenariat des experts, des spécialistes, des techniciens, des membres de la communauté et des autres parties prenantes aux différentes étapes du processus de recherche ou de développement.

La TAP, s’offre comme une approche de proximité, une solution alternative à la mise

en oeuvre des projets et programmes. Elle constitue la synthèse des bonnes pratiques de certaines méthodes de recherche, de sensibilisation et de gestion participative comme la MARP, PHAST/SARAR, la communication participative, l’Assainissement Total Piloté par les Communautés (ATPC), le learning by doing, etc.

A travers cette méthodologie d’intervention, enda eau-populaire a pu co-bâtir, avec l’ensemble des parties prenantes et les populations cibles du projet, des initiatives et alternatives communautaires pour la résilience des populations face aux effets des changements climatiques dans la région de Sédhiou : la sensibilisation d’environ 161 300 habitants des zones rurales (80 953 hommes et 80 347 femmes dont 29 638 enfants de moins de 5 ans) dans les domaines de l’hygiène, de la santé, de la protection des ressources naturelles, des changements climatiques, etc.

La TAP facilite la participation des communautés à leur propre développement, encourage le partage des connaissances nécessaires dans les processus de mise en oeuvre des projets et programmes, et renforce les efforts que les communautés entreprennent pour lutter contre la pauvreté et améliorer leurs conditions de vie.

En effet, pour jouer un rôle efficace en matière de développement durable, d’accès à un assainissement adéquat, de sécurité alimentaire, de promotion d’un environnement durable et de lutte contre la pauvreté, etc, la méthodologie d’intervention d’un projet ou programme doit faire en sorte que les communautés locales s’approprient véritablement l’initiative, plutôt que d’y adhérer seulement; de voir la communauté comme des ensembles homogènes, incluant divers sous-groupes ou chacun a ses propres caractéristiques.

Une importance particulière doit être accordée à la problématique genre, et à toutes les couches de la communauté, car les besoins, les rôles sociaux et les responsabilités des hommes, des jeunes et des femmes sont différents. Par conséquent, leurs intérêts sont également différents, tout comme leur façon de voir un problème, sa solution et la contribution qu’ils peuvent apporter à l’initiative de recherche ou de développement.

Dr. Malal TOURÉ,

Directeur enda eau-populaire

Lu 1756 fois Dernière modification le jeudi, 12 juillet 2018 15:35

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Search